Service de détection

- Méthode d’échantillonnage, formulaire de demande et tarification
- Résultats du Service de détection
- Gestion des mauvaises herbes résistantes aux herbicides

Service de détection de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides

Depuis la saison de cultures 2014, le CÉROM en collaboration avec le MAPAQ et des partenaires financiers, offre le « Service de détection des mauvaises herbes résistantes aux herbicides » (« Service de détection » ou SDD) pour l’ensemble des productions agricoles du Québec.

Le CÉROM se spécialise dans la réalisation de tests de résistance classique. Ce test consiste à faire croître les mauvaises herbes à partir des graines et à appliquer le ou les herbicides sur les jeunes plantules, ce qui permet de détecter tout type de résistance.

Les tests de détection moléculaire de la résistance aux herbicides sont disponibles seulement pour certaines combinaisons de mauvaises herbes et de groupes de résistance. Ce type de test est offert, depuis 2018, par le Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du MAPAQ. La liste complète des tests moléculaires offerts est présentée ici. Si le test moléculaire n’est pas disponible pour l’espèce de mauvaise herbe et le groupe d’herbicides que vous visez, il est toujours possible que le service de détection du CEROM puisse réaliser le test classique.

Indicateurs d’une résistance possible aux herbicides

Bien que le manque d’efficacité du traitement herbicide puisse indiquer l’évolution de la résistance, il faut premièrement évaluer si la présence de mauvaises herbes non détruites par le traitement peut être expliquée autrement que par la résistance aux herbicides. Les indicateurs d’une résistance possible aux herbicides comprennent :

  • L’absence de contrôle contre une espèce qui est normalement contrôlée par l’herbicide à la dose appliquée. Particulièrement observable, si le contrôle est réalisé sur les mauvaises herbes de la même espèce situées à côté de la plante non contrôlée et sur les autres espèces de mauvaises herbes inscrites sur l’étiquette de l’herbicide.
  • La présence de plantes affectées par le traitement, mais qui semblent survivre à celui-ci.
  • Les mauvaises herbes non contrôlées sont distribuées selon un patron aléatoire et sont présentes de façon isolée ou en îlots.

Certaines pratiques agricoles augmentent le risque de développement de la résistance chez les mauvaises herbes, particulièrement :

  • L’absence de rotation des cultures diminue l’éventail d’herbicides disponibles, ce qui favorise la sélection de spécimens résistants.
  • L’utilisation répétée du même herbicide ou des herbicides ayant le même mode d’action, spécialement avec l’utilisation de doses réduites, ainsi que l’utilisation d’herbicides à très grande efficacité, lesquels amènent une pression de sélection élevée sur les populations de mauvaises herbes.

Si vous avez obtenu un mauvais contrôle des mauvaises herbes au cours de la saison de culture 2020 et que vous suspectez de la résistance, n’hésitez pas à profiter de ce service. Une lutte phytosanitaire responsable passe par une détection fiable de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides!

Ainsi, nous vous invitons à consulter votre conseiller(ère) en phytoprotection afin d’établir une stratégie de gestion des mauvaises herbes, spécialement si vous avez reçu un diagnostic positif de mauvaises herbes résistantes dans votre champ. Vous trouverez plusieurs publications sur la gestion des mauvaises herbes résistantes aux herbicides.

Pour toute question ou commentaire sur le « Service de détection », veuillez contacter le LEDP au : (418) 643-5027 poste 2718 ou à

Pour d’autres questions ou commentaires, veuillez contacter Sandra Flores-Mejia, Ph.D. (Chercheure en malherbologie) au 450 464 2715 poste 219 ou à .